delart

PROGRAMMATION RESSOURCES EDITION

LES EDITIONS DEL'ART

RESSOURCES

PROGRAMMATION

DEL'ART, L'ASSOCIATION

EXPOSITIONS

ÉVÉNEMENTS

PROJETS

 

PROCHAINEMENT



CÉCILE MEYNIER / MARGUERITE BOBEY

CECILE MEYNIER

« Cécile fait partie de cette génération de sculpteur qui assume pleinement la dimension austère, triviale et bon marché des matériaux qu’elle emploie (crépi, couleurs fluo, parpaings et chutes de placoplâtre). Cette matière première peut ensuite être déployée dans l’espace d’exposition esquissant alors des architectures fantasmées ; ou ramassée dans une forme plus dense, à l’image de Raum 19 2 d’Imi Knoebel, renvoyant ainsi dos à dos l’art à sa matérialité dans un agencement semblable à son état d’origine : la cour des matériaux.

Qu’il s’agisse d’une œuvre in situ ou d’une pièce d’atelier, Cécile laisse travailler le lieu, à son rythme. Ainsi, des chutes de carton oubliées sur une feuille de papier noir, se révèlent être un pochoir, imprimant leur ombre à la poussière de ponçage (Dessin de poussière, 2011) tandis qu’une fine plaque de placoplâtre peinte en noir, endosse le rôle de cimaise et courbe, toujours un peu plus, sous le poids du cadre qui lui est attribué (Californium, 2012, Les Bains Douches). »

Hugo Schüwer-Boss, 2013

MARGUERITE BOBEY

Marguerite Bobey pratique la performance depuis 2003 à travers différents supports : poésie, vidéo, danse, musique improvisée, arts numériques… Elle s’intéresse au documentaire, la poésie du quotidien et utilise à ces fins les outils de l’anthropologie qui l’emmènent à collaborer avec des agriculteurs, anthropologues, cheersleaders, architectes, théologiens, urbanistes, forestiers, rappeurs, shamans...

A la recherche des métissages, elle a travaillé dans des quartiers populaires et en milieu rural, en Afrique, Chine et Amérique latine.



UN DUO SCULPTRICE/PERFORMEUSE

La rencontre entre la plasticienne Cécile Meynier, expérimentant avec la forme construite, et la performeuse Marguerite Bobey, manipulant le langage dans l’action, donne vie à des monstres, en instabilité entre une structure et sa mise en mouvement.

Leurs travaux respectifs à priori bien distincts sont alimentés de questionnements très proches liés à l’architecture, l’urbanisme, le paysage, l’anthropologie, l’art, et la vie tout simplement.

Si l’une joue des codes «traditionnels» de la sculpture et du white cube, l’autre détourne les codes de la performance et du discours en général.

Cécile Meynier et Marguerite Bobey ont amorcé leur collaboration via la réalisation d’une performance pour l'installation Duplicata (résidence FRAC Franche-Comté 2013) puis affirmée celle-ci au Maroc dans le cadre d'une résidence avec l'IFM d'Oujda avec un séjour notamment chez les nomades sur les hauts plateaux de l'oriental marocain (projet Biban).

CITÉ

"Dans l'Antiquité avant la création des États, il s'agissait d'un groupe d'hommes sédentarisés libres, constituant une société politique, indépendante des autres, ayant son gouvernement, ses lois, sa religion et ses propres mœurs.

Par extension, ce mot est appliqué à la désignation du lieu où ces hommes se sont réunis et ont créé un habitat fixe, la ville, et où ils avaient organisé un culte."

Cécile Meynier et Marguerite Bobey proposent un dispositif unique conçu en reprenant un élément d'un bâtiment phare de la ville de Nice, un bâtiment élémentaire de la cité qui puisse devenir comme décor ou micro paysage, un oratoire pour la parole de Marguerite.

Une Mairie, un théâtre, un fronton ou un balcon devient la structure, le paysage d’une performance, un discours anthropologique coupé de poésie, chant en écho avec la sculpture, en écho avec la ville.



Plus d’informations sur :

www.cecilemeynier.com
www.marguerite.bobey.net

Financement recherché : 3000 €


facebook Nos partenaires actualité contact